Le RFB s’appuie sur un Chaabi monstrueux