« Jean Zarzecki m’avait viré à 2h du mat et réintégré à 7h »