« Humainement, c’est mieux d’arrêter »