HistoriqueLes faits marquants des verts

Le club fut fondé en 1922 et portait alors le nom de Sporting Club Boussutois. Le premier Président de club fut Monsieur Lamy.

Ancien joueur de l’Union Sportive Liégeoise, et ingénieur à la Société des Charbonnages Unis de l’Ouest de Mons. Il fournit également le premier terrain du club. Le 15 février 1922, le club s’affilie à l’Union Belge, et est versé dans les séries régionales hennuyères pour le début de la saison suivante. En décembre 1926, il reçoit le matricule 167.

Le club rejoint pour la première fois la Promotion

Alors troisième et dernier niveau national, en 1946. Il en est relégué après une seule saison, mais parvient à remonter directement l’année suivante. Cette fois, le club arrive à se maintenir assez facilement, et termine deux saisons en milieu de classement, suivies de deux saisons conclues à la troisième place. Grâce à ce bon classement, le club se maintient au troisième niveau national en 1952, lorsque la Fédération réforme complètement les séries nationales, ajoutant notamment un quatrième niveau national, ce qui cause la relégation des trois quarts des clubs dans chaque série. Le club reçoit entre-temps le titre de «Société Royale» le 24 mai 1951, il change son appellation officielle en Royal Sporting Club Boussu-Bois le 4 juillet de la même année.

Évoluant désormais en Division 3...

Le club reste dans le ventre-mou du classement durant quatre saisons. Il lutte jusqu’au bout pour son maintien lors de la saison 1956-1957, terminant juste au-dessus de la zone de relégation, mais ne peut l’éviter la saison suivante. Le club descend dès lors en Promotion, devenu en 1952 le quatrième niveau national. Le club subit une seconde relégation consécutive, et est renvoyé vers les séries provinciales en 1959, après onze saisons consécutives dans les séries nationales.
Boussu-Bois revient en Promotion en 1961, mais doit la quitter après seulement deux saisons.
Quatre ans plus tard, le club effectue un nouveau passage en nationales. Il obtient de bons résultats au début des années 1970, terminant deux fois vice-champion et une fois troisième entre 1970-1971 et 1972-1973. Les choses se compliquent ensuite, et le club est une nouvelle fois relégué vers les séries provinciales en 1976.

Le 1er juillet 1982, le club fusionne avec le Football Club Élougeois...

… un club de l’entité voisine d’Élouges porteur du matricule 2195, qui venait de disputer sa première (et donc également dernière) saison en Promotion. Relégué sportivement, il est puni d’une relégation administrative suite à une tentative de corruption. Le club adapte son nom en Royal Francs Borains Boussu-Bois Élouges, et conserve le matricule 167 de Boussu-Bois, celui d’Élouges étant radié des listes de la Fédération Belge. La fusion est un succès, le club remontant en nationales un an plus tard. Mieux, en 1985, il remporte sa série de Promotion et est promu en Division 3, niveau qu’il n’avait plus atteint depuis 1958. Le club raccourcit alors son nom en Royal Francs Borains, à l’initiative du président Jean Zarzecki, qui ambitionne de créer un grand club dans le borinage, allant même jusqu’à parler de remporter une Coupe d’Europe.

Lors de la saison 1985-1986, les Francs Borains écrivent une des plus belles pages de leur Histoire

Et atteignent les demi-finales de la Coupe de Belgique, éliminant notamment Mons, Saint-Trond et Seraing. Ils sont battus par le Cercle de Bruges, qui s’inclinera face au FC Bruges en finale. En championnat, le club parvient à assurer facilement son maintien après un début de saison hésitant.
Le club s’installe durant une décennie dans le milieu de classement, mais chute en Promotion en 1995. Deux ans plus tard, malgré une troisième place obtenue en championnat, le club est sanctionné par l’Union Belge pour des retards de paiement, et doit disputer le tour final inter-provincial pour assurer son maintien. Battu par le Lyra, le club est relégué en première provinciale.
Le club borain ne met qu’un an à remonter en Promotion, dont il remporte la série D la saison suivante, ce qui lui offre une nouvelle montée en Division 3.

Nouvelle présidence et nouveaux projets !

Durant les saisons qui suivent, le club alterne le bon et le moins bon. Vice-champion en 2001 et 2006, il se sauve de peu en 2005.
Troisième en 2009, le club se qualifie pour le tour final pour la montée en Division 2. Après des victoires contre Mol-Wezel, Hamme et Woluwe-Zaventem, le club est promu pour la première fois de son Histoire au deuxième niveau national.
Suite à cette montée, le club négocie des partenariats avec d’autres clubs des environs et les autorités communales de Dour. Il adapte ainsi son nom en Royal Boussu-Dour Borinage. Pour sa première saison en deuxième division, le club termine à la cinquième place, au seuil du tour final pour la montée en Division 1. Les résultats sont moins bons la saison suivante, et coûtent sa place à l’entraîneur Michel Wintacq, remplacé par Arnaud Mercier à la fin du mois d’avril 2011.

L'exercice 2011-2012 est plus serein.

Le RBDB finit 11e. Lors de la 4e saison du club en D2 apparaissent des espoirs un peu fous. Boussu-Dour joue les premiers rôles. Durant la première période, le matricule 167 se pose en vainqueur potentiel mais doit finalement s’;incliner derrière le White Star Woluwe. La suite de la saison est très positive, malgré un passage à vide. Jusqu’aux dernières journées, le club reste potentiellement participant au tour final pour la montée en D1 ! Il termine de nouveau à la 5e place. Par contre, dans les coulisses, les choses sont moins agréables. Le cercle borain ne reçoit pas sa licence obligatoire pour évoluer dans le football rémunéré et ne doit de rester en D2 qu’à la suite d’un recours devant la « CBAS »5.
Dès le début de la saison 2013-2014, la situation financière du club devient intenable. Une somme de 300 000 euro est évoquée pour assurer le sauvetage du matricule 167. Un repreneur est activement recherché. Plusieurs pistes se présentent. L’une est activée par l’ancien président Zarzecki, une autre regroupe des investisseurs locaux ou régionaux.

Patrick Joly devient Président et initie l’ambitieux « Plan Horizon 2022 »

En 2017, après près de deux ans suite à la disparition de Pierre Wuilquot, le Royal francs Borains retrouve un président en la personne de Patrick Joly et initie l’ambitieux « Plan Horizon 2022 » qui a pour objectif de restructurer le club en vue d’une accession dans les 5 ans à la division 1B.

palmarèsLes récompenses des Francs Borains

1950SC Boussu-Bois - Promotion (3e)

1951SC Boussu-Bois - Promotion (3e)

1953R. SC Boussu-Bois - Division 3 (5e)

1970R. SC Boussu-Bois - Promotion (2e)

1971R. SC Boussu-Bois - Promotion (2e)

1972R. SC Boussu-Bois - Promotion (3e)

1984R. FB Boussu-Bois Élouges - Promotion (1er)

1996R. Francs Borains - Promotion (3e)

1998R. Francs Borains - Promotion (1er)

1999R. Francs Borains - Division 3 (5e)

2000R. Francs Borains - Division 3 (2e)

2005R. Francs Borains - Division 3 (2e)

2008R. Boussu Dour Borinage - Division 3 (3e)

2014R. Francs Borains - Promotion (2e)

2016R. Francs Borains - Division 3 Amateur ACFF (3e)